Rechercher sur le site

Anxiété, isolement, appréhension… la charge mentale et physique éprouvée par les patients guéris d’un cancer est à prendre en compte après le parcours de soins. Mais comment faire ?

La santé psychique

Il existe plusieurs formes de soutien psychologique. Quel que soit le type de soutien choisi, il faut savoir que :

  • Il peut être utile de mettre des mots sur sa souffrance, qu’importe le temps écoulé depuis la guérison : il est toujours possible de reprendre, de travailler et d’apaiser le rapport qu’on a avec son histoire.
  • Un suivi par un psychologue ou un psychiatre peut s’avérer bénéfique, même plusieurs années après la maladie. Mais ce bénéfice n’est pas toujours immédiatement ressenti. Les premières séances peuvent être douloureuses car on évoque son histoire et les moments difficiles liés à la maladie et ses suites. Il faut parfois plusieurs séances pour commencer à se sentir mieux et à éprouver les bénéfices du suivi.
  • De nombreuses personnes pensent que si on va voir un psy, « on en prend pour 10 ans » ! Ce n’est pas vrai : un « psy » compétent verra avec vous de quelle aide vous avez besoin ; cela peut être sous forme de rencontres ponctuelles ou sur quelques mois.
  • Les « psys » ne sont pas « pour les fous » ! De nombreuses personnes consultent un « psy » même lorsque tout va bien, afin d’améliorer la compréhension qu’ils ont d’eux-mêmes. C’est pourquoi il ne faut pas forcément attendre de se sentir mal pour aller consulter.
  • Faut-il un psy forcément spécialiste de l’après cancer ? Non, pas forcément : les psychologues et psychiatres sont formés pour accueillir et soutenir les patients dans la spécificité de leur vécu : c’est d’ailleurs la façon dont vous avez traversé et ressenti cet événement de vie, davantage que la maladie ou ses traitements, qui est au cœur du travail psychothérapeutique.
  • Il existe d’autres formes de soutien, et notamment l’échange entre pairs, c’est-à-dire entre personnes qui ont vécu ou vivent la même chose.
    • Il existe différents services d’écoute en ligne, avec des bénévoles qui ont connu l’expérience du cancer ou non. Les principaux numéros sont indiqués ici.
    • Une liste des associations de parents et d’anciens patients traités pour un cancer se trouve ici. A noter, l’association les Aguerris organise des événements mensuels (« afterworks ») et propose un forum privé pour échanger entre anciens patients. C’est la possibilité de partager son histoire, si on le désire, de poser des questions, de parler de ses difficultés dans un climat de bienveillance et de compréhension.
  • Des approches psychocorporelles peuvent également apporter du réconfort et aider. Selon l’OMS, celles-ci peuvent être définies comme l’ensemble des approches psychothérapeutiques partant du corps, ou se servant du corps comme médiation, et plus largement comme des méthodes impliquant un travail corporel à visée psychothérapeutique et préventive. Sont inclus : psychomotricité, sophrologie, méditation pleine conscience, hypnose, réflexologie, art-thérapie, massothérapie, techniques asiatiques de relaxation (Yoga, QI Gong, Shiatsu), …


Pour en savoir plus
sur le soutien psychologique, consultez la brochure de la Ligue contre le cancer.

Click to access the login or register cheese