Rechercher sur le site

Soutien psy

La position particulière du « psy » (psychologue le plus souvent, parfois pédopsychiatre) au sein de l’équipe d’oncopédiatrie permet différents niveaux d’intervention. Habituellement, le psychologue se présente à l’enfant/adolescent et à sa famille pour offrir sa disponibilité.  Il propose un échange en dehors des soins physiques pour l’enfant, ses parents, et sa fratrie. Ce moment leur donne la possibilité d’exprimer des sentiments qu’ils ne confieraient pas à leurs proches ou aux autres soignants. Ils peuvent aussi s’autoriser à reposer des questions, à se plaindre de ce qui leur arrive ou à exprimer leur colère. Cet espace de parole et parfois de jeu est un moment qui échappe aux contraintes de la vie à l’hôpital. 

Souvent, on n’a pas l’impression d’avoir besoin d’un psy. Les enfants et les adolescents sont d’ailleurs plutôt réticents. En revanche, au cours de la prise en charge, certains perçoivent que cela peut les aider.

Le psy échange régulièrement avec l’équipe soignante pour aider celle-ci à mieux comprendre certaines réactions de l’enfant et de sa famille. 

Le psy peut aussi accompagner les parents face à leur questionnement sur leur capacité éducative qu’ils sentent parfois fragilisée. 

Une consultation pour la fratrie peut être bénéfique car les frères et sœurs alertent souvent peu leurs parents dans une volonté de les protéger. Ils peuvent avoir beaucoup d’inquiétudes et de questionnements face à la situation de leur frère/soeur, et ressentir de la culpabilité.

Click to access the login or register cheese